Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Nos réalisations arrow Togo arrow Bagré: l'adduction d'eau
Bagré: l'adduction d'eau Version imprimable Suggérer par mail
10-12-2007
Index de l'article
Bagré: l'adduction d'eau
Extension décembre 2008
Extension décembre 2009

Adduction électro-solaire d'eau à Bagré

Bagré est un village de près de 14'000 habitants, à 80km à l'est de Dapaong et de l'axe routier nord-sud, à près de 700 km de Lomé. Il fait partie du Canton de Mandouri, préfecture de Kpendjal, dans la provinve des Savannes. Le village est extrêmement étendu, les quartiers sont dispersés et peuvent être séparés les uns des autres de plus d'un kilomètre.

00carte2.jpg
 

La sécheresse avançant chaque année, les pluies sont inexistantes une bonne partie de l'année, dès mars. Pour stopper l'avancée du désert, et à terme, reboiser et reverdir la région, il est indispensable d'alimenter massivement cette région en eau. Des femmes et jeunes filles vont chercher l'eau, au fleuve Oti, à 15 km (!), ou à l'un de ses affluents, à 13 km. Les habitants ne puisaient que de l'eau non potable, dans des puits à ciel ouvert, qui tarissaient déjà au milieu de la saison sèche (janvier).

La consommation d'eau non potable induit des maladies comme la draconculose, le ténia, les diarrhées, qui entraînent notamment une mortalité infantile inacceptable et une réduction de l'espérance de vie des adultes. D'autre part, la corvée d'eau est une des causes principales de la non scolarisation des jeunes filles de cette région (0,4% de scolarisation selon l'Unesco en 1999, contre 96% pour la province de Kara).

Image

La population de Bagré est dispersée dans un rayon de plusieurs kilomètres, ce qui ne facilite pas l'adduction en eau potable. Un forage centralisé de grande capacité devrait être complété par des kilomètres de conduites de distribution renchérissant considérablement le système. Il est donc préférable de prévoir plusieurs forages, même si cela nécessite la multiplication simultanée des pompages électro-solaires et des châteaux d'eau.

Image
le château d'eau « breveté IAS » qui avait été commandé

Le projet réalisé en janvier 2006 par IAS ne concerne que l'eau potable, mais il devra être complété par de nombreux puits pour l'irrigation et la récolte d'eau de pluie. Un forage existait au centre, à 600 mètres du marché qui se tient au bord de la route reliant Dapaong à Mandouri, mais il était désafecté car la pompe à main Vergnet était en panne. Avec notre partenaire Afrique-École, IAS a projeté de mettre la priorité sur l'eau potable, en réhabilitant ce forage, en construisant un château d'eau « modèle IAS » , et en l'alimentant par un pompage électro-solaire. Cette adduction ne peut couvrir les besoins en eau potable que d'une partie de la population, et devrait être complétée par d'autres forages décentralisés.

Image
les enfants devant l'ancienne pompe à main

 
Durant la première semaine de janvier 2006, les deux « yovos » de IAS (Marc Hauswirth et Bernard Béroud) et leurs partenaires de Afrique-École conduits par Augustin Sambiani, ont en trois jours mis en service le pompage et construit une première borne-fontaine munie de deux robinets, l'un permettant de remplir des bidons, et l'autre de remplir directement les bassines sur la tête des porteuses d'eau.

Image
Opération délicate et dangereuse : on hisse le récervoir métallique sur sa dalle

Image
On soude le support des panneaux solaires

Le réservoir du château d'eau est réalisé en métal, ce qui a réduit les coûts, mais a posé un problème pour trouver une grue capable de le hisser sur la dalle,

Image
Paul, notre plombier, dans le local technique

Le pompage a démarré le vendredi 6 janvier 2006, où a eu lieu une petite cérémonie d'inauguration filmée par la télévison locale et couverte par un journaliste de la presse écrite. La distribution gratuite a commencé immédiatement pour tester l'ensemble de l'installation.

Image
le contrôleur de la pompe, et les commandes hydrauliques

Une seconde borne fontaine a été construite en février pour alimenter le marché, à 540 mètres de là. On pourrait prolonger cette conduite vers l'école, de l'autre côté de la route, 160 mètres plus loin, afin que les élèves puissent boire de l'eau potable. Il serait également utile d'alimenter le nouveau dispensaire (luxueux) dont la construction se termine actuellement, à 610 mètres. Mais toutes ces extensions auront un coût dépassant le budget inital, principalement à cause de la longuer des conduites. Heureusement, le terrain est quasiment plat, ce qui ne pose pas de problèmes d'alimentation par gravitation.

Image
l'introduction de la pompe, opération délicate

Image
Augustin Sambiani explique le fonctionnement aux utilisateurs

Image
les premières bénéficiares, servie par un fontainier « yovo »

Image

12-Le-chateau-deau.jpg
 

le château d'eau dans le paysage de Bagré.

L'eau pompée:

eau_pompee_Bagre_01_2011.gif
 



Dernière mise à jour : ( 26-04-2010 )